© 2018 par Benjamin Magnan. Créé avec Wix.com

Myriam, 37 ans

Depuis combien de temps souffres-tu d’acouphènes ?

 

Depuis 2 ans et demi.

Comment est-ce arrivé ?

 

Je suis allée à une grosse soirée dubstep dans un hangar à Paris. J'étais fatiguée, j'avais bu et j'étais hypnotisée par la musique. Le volume était très fort mais avec bouchons je me sentais protégée. Je ne savais pas qu'il ne fallait pas le faire, mais je suis très peu sortie de la salle et j'ai enlevé plusieurs fois mes bouchons à l'intérieur du hangar.

De retour chez moi au petit matin, je perdais l'équilibre tellement j'avais eu de basses dans les oreilles. La personne qui était avec moi était une habituée de ce genre de soirée et m'a dit de ne pas m'inquiéter, que ça passerait après une bonne nuit de sommeil. 24h après je me suis rendu compte que j'étais devenue hyperacousique et que j'avais des acouphènes.

 

Quelle est la première chose que tu as faite après ça ?

 

J'ai pris rendez-vous chez un ORL qui a pu me recevoir 2 jours après pour finalement me prescrire de la cortisone et me dire de ne pas m'inquiéter pour sifflements, que c'était "dans ma tête". 

 

As-tu trouvé une ou plusieurs méthodes pour passer outre ?

 

Les premiers mois c'était impossible, c'était omniprésent et très déprimant. Ce qui m'aidait un peu c'était les vidéos de bruits blancs ou de sons de natures pour arriver à m'endormir. J'étais vraiment crevée alors j'essayais de me reposer le plus possible.

Pendant plusieurs mois j'ai aussi noté sur un calendrier les jours où c'était plus ou moins fort, pour essayer de relativiser et d'optimiser les "bons jours". Je voulais comprendre ces périodes, où mes acouphènes étaient presque inexistants, afin de pouvoir les reproduire. 

Aujourd’hui, arrives-tu à vivre avec ces acouphènes ?

 

Oui. Il m'a fallu 1 an et demi pour m'habituer et faire le deuil de ma vie sans acouphènes. La plupart du temps je n'y pense pas. Parfois je les remarque mais j'essaye de ne pas m'énerver dessus, je les supporte. Quand ça devient trop pénible je vais au spa, ça détend le corps et le son de l'eau est un bruit blanc permanent. Sinon j'écoute la fréquence de mon acouphène sur des sites spécialisés.

Je fais extrêmement attention au son maintenant. Je mets mes bouchons systématiquement en cas d'environnement bruyant et j'évite certaines soirées si je sens que je ne suis pas en état car je sais que j'ai une fragilité.

Photo © Mountain Fire

Propos recueillis le 30 décembre 2018.